Avec le Président Directeur Général de Sentrak Logistics
22 avril 2022 / 12:16

Amadou Sakhir GAYE

A la tête de la société Sentrak Logistics depuis quatre ans déjà, Amadou Sakhir GAYE est un produit de l’école sénégalaise après avoir réalisé un brillant parcours à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) où il obtient son « Bachelor of Arts » en littérature américaine et civilisation en 2012. M. GAYE effectue cumulativement des études en Management et Commerce International au sein du Groupe ISM et décroche d’abord son Bachelor in International Management puis son Master en Business Administration spécialisation : Responsabilité, Organisation et Management.

Après un bref passage en tant qu’analyste des études de marché à la société SN HLM pour sa première expérience professionnelle, il retourne à ISM en tant que Coach permanent et chargé de cours au sein du laboratoire-Entreprenariat et Qualité. En 2015, l’actuel Président Directeur Général de Sentrak Logistics intègre la compagnie Bolloré Africa Logistics Sénégal. D’abord, en tant que Conseiller HSE affecté au projet d’exploration pétrolière au Sénégal de l’opérateur Cairn Energy et Coordinateur QHSE au Département Projets et Mines. M. Amadou Sakhir GAYE, sera ensuite nommé Responsable de la coordination des activités de QHSE à l’intérieur des bases d’approvisionnement et des opérations de quai des projets pétroliers et gaziers avant de rejoindre la société Necotrans où il occupa le poste de Directeur des Opérations. Une fonction qu’il occupe de 2016 à 2017 avant la création de Sentrak Logistics.

Sentrak Logistics est né il y a de cela 4 ans, pourquoi vous avez créé cette société ?

La création de Sentrak Logistics a suivi l’évolution du marché en 2017. En effet, après avoir engrangé beaucoup d’expériences dans le milieu de la logistique, nous avions déjà constaté un manque d’offres de services logistiques spécialisées dans les projets industriels et oil & gas.

Ayant aussi accompagné des sociétés durant la phase d’exploration qui a abouti à des découvertes de pétrole et de gaz, nous avions jugé nécessaire de créer une société pour répondre à la future demande logistique dans ce pays. Nous nous sommes dit qu’il serait important de pouvoir proposer à ces opérateurs qui viennent de pays où la logistique est très développée, des solutions domestiques qui puissent être à la hauteur de leurs attentes. C’est un défi que nous pensons avoir relevé vis-à-vis de ces clients.

Cela fait 4 ans que Sentrak Logistics a été créé et nous nous sommes inscrits sur une logique d’amélioration continue parce que la gestion d’une entreprise, c’est une quête infinie de la satisfaction des clients, c’est de pouvoir anticiper sur les besoins du marché surtout quand vous travaillez avec des clients aussi exigeants comme les pétroliers. Le secteur dans lequel nous sommes est particulier car il est très normé du point de vue légal, que sécuritaire. Il y a plusieurs enjeux liés aux risques juridiques qui pèsent sur l’activité que nous menons.

Pourquoi votre société est spécialisée en logistique oil & gas, est-ce une coïncidence ?

Je ne dirai pas une coïncidence, mais plutôt une suite logique pour ceux qui connaissent comment fonctionne la chaine de valeur de l’industrie pétrolière, depuis la phase d’exploration, la production et la vente des hydrocarbures et dérivé. Il faut savoir que les projets d’exploration sont relativement courts et s’exécutent autour de trois, quatre mois voire un an, dépendant du nombre de puits qui sont forés.

A la suite des découvertes, les gouvernements et l’opérateur s’entendent pour effectuer des projets de développement en vue de la production du pétrole ou du gaz trouvé. À la suite de ces découvertes, nous avons suivi le marché et anticipé sur les futurs besoins.

C’est cette opportunité que nous avons saisie pour créer Sentrak Logistics. Le fait de pouvoir se spécialiser permet aussi de créer des solutions logistiques qui répondent aux besoins du marché. Des solutions personnalisées parce qu’un projet s’exécute sur un temps bien défini avec des coûts bien définis. Donc, les pétroliers exigent un service de qualité sur un temps relativement précis, mais aussi à un coût raisonnable. C’est cette offre globale que nous avons su combiner pour pouvoir proposer nos services à ces compagnies internationales.

Par contre, Je me pose des questions quand on nous qualifie de société pétrolière et gazière. Nous restons une société de logistique spécialisée dans les métiers du pétrole et du gaz, nous sommes un support aux projets. Nous offrons des solutions logistiques pour aider à la livraison des projets.

Comme vous le savez, la découverte de pétrole en offshore mobilise beaucoup d’équipements à transporter, à dédouaner, et aussi beaucoup d’hommes et de femmes qui doivent aller travailler sur les sites. Sentrak Logistics accompagne ces sociétés qui travaillent dans l’ingénierie, et leur apporte des solutions logistiques de fret, de douanes, de gestions de leur flotte navale, mais aussi de gestion de leurs marins et techniciens supérieurs pour pouvoir mener à bien les projets.

Nous sommes une société logistique de support, nous ne sommes pas une société d’ingénierie, nous accompagnons les projets en offrant des solutions logistiques adaptées à leurs besoins. Sentrak ne fait pas seulement dans les projets pétroliers qui sont relativement récents, nous avons aussi d’autres clients qui sont des industriels du secteur de l’agro-alimentaire, du btp, entre autres. Nous travaillons généralement avec des clients de premier plan qui connaissent l’exigence de la logistique et à qui nous offrons des solutions optimales qui leur permettent aujourd’hui de développer leur activité.

L’objectif d’avoir un agent douane c’est de pouvoir répondre aux demandes du marché en temps et en heure, respecter les délais, offrir des solutions logistiques optimales et adaptées à votre client, c’est cet ensemble que Sentrak Logistics a su harmoniser pour pouvoir faire une offre globale.

L’État du Sénégal a mis en place un décret de contenu local pour favoriser le secteur privé national afin qu’il puisse profiter des activités du segment pétrolier et gazier, qu’en pensez-vous en tant que chef d’entreprise ?

Nous sommes très contents de voir qu’en plus de l’initiative privée, l’État central est en train d’amener une réflexion globale à proposer à l’industrie pétrolière & gazière. L’État est régulateur mais aussi partie prenante dans ces projets pétroliers via Petrosen.

Nous saluons les initiatives de l’État parce que nous parlons beaucoup de la loi sur le contenu local mais avant cela, l’État avait mis en place un dispositif qui permet déjà de comprendre les enjeux du pétrole et du gaz dans un pays, afin de pouvoir répondre aux exigences. Puisqu’il faut un cadre législatif pour encadrer et protéger, et l’investisseur international et l’acteur local, il est impératif que ce cadre soit définit en amont. C’est une des raisons pour lesquelles nous sommes optimistes quant aux retombées attendues de ce secteur. C’est tout le sens qu’il faut donner à la loi sur le contenu local.

Nous, privés locaux sénégalais, pensons que la loi sur le contenu local est un outil qui non seulement favorise l’implication des nationaux dans ces projets mais aidera ces sociétés internationales à se doter facilement d’un transfert d’expertise, à pouvoir faire appel aux ressources nationales qui pourront, prochainement, assurer la gestion même de ces entreprises internationales.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face ?

Nous devons identifier ensemble nos points faibles pour apporter des solutions. Une entreprise locale qui veut travailler dans une industrie aussi normée que celle du gaz et du pétrole, il y a des défis importants. Le défi majeur c’est la formation et la capacitation du personnel, la structuration de l’entreprise ; trouver la ressource capable de pouvoir apporter des solutions à ces défis que sont ces projets.

Le projet Sangomar est considéré comme l’investissement le plus important que le Sénégal a connu ces dernières années. Ce projet d’envergure internationale budgétisé à des Milliards de Dollars, est géré par des non-nationaux et des locaux via Petrosen, les opérateurs internationaux, les sociétés de services, etc.

Nous sommes considérés comme partie prenante de ce projet parce qu’étant un sous-traitant, un support. Nous devons avoir les capacités nécessaires pour pouvoir accompagner. C’est un défi que nous sommes en train de relever. Cela fait un an ou plus que nous accompagnons l’opérateur à mener à bien ses opérations en interne, les importations comme les exportations au Sénégal. Les défis sont là et nous les affrontons tous les jours.

Transparency International a annoncé que des enquêtes seront ouvertes dans certains pays d’Afrique sur les contrats pétroliers et gaziers, le Sénégal est-il à l’abri de la malédiction du pétrole comparé à plusieurs pays africains ?

Nous saluons toute initiative qui vise à apporter plus de transparence dans une activité de manière générale. Nous demandons à ce qu’il y ait de la transparence dans l’activité. Si nous prenons le cas du Sénégal, il y a eu beaucoup d’avancées et d’anticipation que l’État Central a réalisé pour permettre plus de transparence, mais aussi pour se conformer aux normes internationales.

On a vu que l’État du Sénégal a mis en place un dispositif légal, des bras techniques, des cabinets comme le Cos Petrogaz, la loi sur le contenu local, le comité de suivi sur la mise en place sur le contenu local au Sénégal et la loi sur la répartition des richesses issues du pétrole et du gaz. Tout ceci permet de pouvoir anticiper et de pouvoir limiter toute volonté de non-transparence.

L’ensemble des dispositifs mis en place par l’État du Sénégal témoigne d’une certaine volonté d’aller vers la transparence d’aller vers une bonne gestion.

Il est souvent évoqué cette question sur la « malédiction du pétrole », mais nous pensons que c’est beaucoup plus de la mal-gouvernance, ce n’est qu’une conséquence d’actions.

S’il y a une réelle volonté de bien gouverner, de bien administrer et de bien organiser le secteur avec des dispositifs légaux, je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir des problèmes. Je dis souvent que pour assainir l’industrie, il faut deux éléments fondamentaux : une expertise avérée des personnes ressources du secteur et de toutes les personnes de manière générale, une formation, une qualification du personnel et nécessairement, un cadre juridique propice.

Quelles sont les actions menées en interne par Sentrak Logistics pour avoir cette transparence vis-à-vis de vos partenaires et clients vu que vous êtes dans le secteur du pétrole et du gaz ?

Nous sommes dans une industrie très normée qui a beaucoup d’exigence. Cela surprend du monde quand on leur dit que nous travaillons avec des sociétés pétrolières internationales, britanniques, américaines, australiennes, françaises etc. Ils ont souvent tendance à demander comment nous faisons ? C’est parce qu’il y a un dispositif légal, c’est parce qu’il y a de la transparence, il y a un certain nombre de normes que nous avons pris le temps d’étudier, de mettre en place et de s’y conformer.

Les Sociétés internationales ne connaissent pas les personnes mais plutôt les systèmes mis en place. Des systèmes de conformité ont été mis en place. Nous avons pu mettre en place un système de gestion de management basé sur la qualité, l’hygiène, la sécurité et l’environnement. Un système robuste qui permet de favoriser une performance opérationnelle mais aussi une conformité par rapport à ces normes. En plus de cela nous disposons des certificats d’anti-corruption qui sont délivrés par des organismes internationaux qui permettent de prouver ou d’attester de la conformité de nos actes ou de cette transparence qui est mise en place.

En termes de capital humain, quels sont les défis à relever dans la formation des ressources humaines locales dans votre secteur ?

Nous sommes dans un domaine où beaucoup de communicants ne sont pas les personnes qui maitrisent les sujets. C’est un peu malheureux de le constater mais c’est la réalité.

Nous disons souvent que nous menons une activité normée, organisée et très étendue. Nous parlons d’une chaine de valeur qui est composée de plusieurs étapes et activités qu’il faudra maitriser.

La qualification en matière d’oil and gaz, c’est à des étapes bien différentes. On peut être qualifié dans un domaine de l’industrie oil et gaz de manière générale sans connaitre un autre pan. Cette industrie a besoin de financiers, de juristes, de personnes qualifiées en gestion des ressources humaines etc.

Donc, c’est un secteur qui peut offrir beaucoup d’emplois. Il y a aussi la qualification spécifique technique de l’industrie qui a besoin de tous les types de métiers qu’on peut retrouver dans les usines, notamment les plombiers, peintres, soudeurs etc. En plus de cela, Il y a les ingénieurs qualifiés en puits et beaucoup d’autres métiers qui tournent autour de ce secteur. Nous pensons qu’avec la loi sur le contenu local, les opérateurs vont être incités à pouvoir accompagner les entreprises privées mais aussi l’État à former plus de sénégalais qui peuvent intervenir dans le secteur.

Il faut saluer l’initiative publique avec la création de l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) pour la formation des personnes capables de travailler dès leur sortie dans l’industrie du pétrole et gaz. Cela donne une certaine projection et assure à l’État du Sénégal que d’ici cinq ou dix ans, on verra des promotions de l’INPG qui dirigeront des entreprises pétrolières dans le futur. Il y a un bon chemin pris par l’État du Sénégal pour mener à bien la gestion du pétrole et du gaz.

Vous avez participé au somment du MSGBC (Bassin Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée) que peut-on en retenir ?

C’est un sommet qui regroupe la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Ces pays partagent un bassin sédimentaire avec un fort potentiel en hydrocarbures. Cela a été prouvé avec des découvertes pétrolières et gazières tout au long.

Il y a cependant des pays où des découvertes ne sont pas encore faites c’est le cas de la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. Mais les experts qui travaillent sur ce bassin ont un bon espoir et sont entrain via Petrosen et les autres sociétés nationales de promouvoir ce bassin-là grâce au MSGBC. C’était un rendez-vous important entre les décideurs de la région mais aussi des opérateurs internationaux et des sociétés privées pour pouvoir se rencontrer et discuter pour faire la promotion du bassin sédimentaire que partagent la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie et les deux Guinées.

Que pensez-vous du Magazine Africa Supply Chain ?

Sentrak Logistics fait partie des sociétés qui croient énormément au magazine Africa Supply Chain qui se manifeste comme un partenaire en tant que groupe spécialisé sur les questions pétrolières et gazières. Nous félicitions Africa Supply Chain pour le travail qu’il abat et nous l’encourageons à rester dans l’industrie qui a un bel avenir et de nombreux défis à relever. Il faut un tout pour pouvoir développer l’industrie, les médias en font partie, les groupes logistiques de conseils et d’accompagnement, en font partie. Le secteur ainsi que l’État qui est un des composantes indéniables vont aussi accompagner et ensemble on pourra relever tous ces défis.

Avez-vous un message à envoyer à vos collaborateurs, clients et partenaires ?

Je remercie nos collaborateurs directs de tous les jours, des hommes et des femmes de valeurs qui sont à la tâche et qui travaillent tous les jours pour relever le défi de Sentrak Logistics. C’est bien un défi, un idéal que ses collaborateurs ont pu matérialiser. Je saisi l’opportunité pour les remercier et les encourager à aller de l’avant, à soutenir les efforts pour que les défis qui sommes devant nous puissent être relevés. Nous remercions aussi tous nos partenaires et tous nos clients qui nous accompagnent tous les jours et qui croient en nous.

 

10 Commentaires

  1. www.nileads.com

    We’re a group of volunteers and opening a new scheme in our community.

    Your site provided us with valuable information to
    work on. You’ve done an impressive job and our entire community will be grateful to you.

    Réponse
  2. signaturegroupbd.net

    Hey there just wanted to give you a quick heads up and let
    you know a few of the images aren’t loading correctly.
    I’m not sure why but I think its a linking issue.
    I’ve tried it in two different browsers and both show
    the same outcome.

    Réponse
  3. Mirta

    It’s perfect time to make some plans for the future and it is time to be happy.
    I’ve read this post and if I could I want to suggest you few interesting things or tips.
    Maybe you can write next articles referring to this article.
    I wish to read even more things about it!

    Réponse
  4. hoyrealestates.com

    I know this if off topic but I’m looking into starting my own weblog and was wondering what all is required to get
    set up? I’m assuming having a blog like yours would cost a pretty penny?
    I’m not very web savvy so I’m not 100% sure. Any suggestions or advice would
    be greatly appreciated. Appreciate it

    Réponse
  5. Doris

    Hi there! This article couldn’t be written any better!
    Going through this post reminds me of my previous roommate!
    He constantly kept talking about this. I will send this information to him.
    Pretty sure he’ll have a good read. Thanks for sharing!

    Réponse
  6. gurgaonavenue.in

    Quality content is the secret to attract the visitors to pay a quick visit
    the site, that’s what this website is providing.

    Réponse
  7. Jesenia

    Good day! This is my first visit to your blog! We are a group of volunteers and starting a new initiative in a community in the same
    niche. Your blog provided us valuable information to work on. You have done a
    extraordinary job!

    Réponse
  8. anovalevel.org

    Remarkable issues here. I am very happy to see your article.
    Thank you so much and I am having a look ahead to contact you.
    Will you please drop me a e-mail?

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. he has a good point - ... [Trackback] [...] Info to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  2. 비사업자카드단말기 - ... [Trackback] [...] Read More to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  3. h&k for sale - ... [Trackback] [...] Information on that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  4. australia psilocybin - ... [Trackback] [...] Here you can find 17463 more Info to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  5. why not try here - ... [Trackback] [...] Information to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  6. หวยยี่กี - ... [Trackback] [...] Here you will find 58870 more Information on that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  7. ปัง ปัง สล็อต - ... [Trackback] [...] Find More to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  8. find out this here - ... [Trackback] [...] Find More on to that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]
  9. บาคาร่า ออนไลน์ - ... [Trackback] [...] Read More Info here on that Topic: africasupplychainmag.com/avec-le-president-directeur-general-de-sentrak-logistics/ [...]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Il n'y a pas d'événements à venir pour le moment.
fr_FRFR