Sénégal/Pétrole : une hausse de capacité de 20 % enregistrée à la SAR en pleine mutation
Par Ibrahima DIALLO
21 avril 2022 / 09:34

Des rénovations majeures sont entrain d’être apportées à la société africaine de raffinage ce qui lui permettra de réaliser une hausse de capacité de  20 %. Même si des retards sont enregistrés durant ces quatre dernières années dus aux contraintes de financement, de conflits d’intérêts entre les partenaires mais également de la crise sanitaire, les mises à niveau de l’installation prévues depuis 2018 font leur retour inaugurant une nouvelle ère de sécurité en aval au Sénégal.

La maintenance a démarré le 29 novembre 2021 et l’installation devrait ouvrir ce mois-ci. Dans le cadre de ces rénovations, la capacité sera portée à 1,5 million de tonnes par an, répondant à 70 à 75 % des besoins du marché intérieur, en construisant en outre une nouvelle unité de préflash et en agrandissant le reformeur catalytique.

Il faut rappeler que la SAR qui est installée à Dakar depuis 1961, traite d’abord 600 000 tonnes par an, étendue à 800 000 tonnes par an en 1983, puis jusqu’à 1,2 million de tonnes.

Les participations des actionnaires concernent la compagnie pétrolière nationale, Petrosen à 46%, l’institution financière, Locafrique (34%), la société pétrolière et gazière, Sahara Energy Resources (8,18%), TotalEnergies (6,82%) et le négociant en pétrole et matières premières, ITOC (5%) .

Toutefois des conflits sont survenus entre Petrosen et Locafrique, lorsque Locafrique a bloqué une demande de 720 millions de dollars de recapitalisation adressé par Locafrique. Après que Petrosen ait remporté une audience devant un tribunal de commerce le 15 décembre, le conflit a été néanmoins résolu, et de ce fait, les réorganisations tant attendus de l’installation arrivent maintenant à une conclusion réussie, soutenus par Africa Finance Corp avec la bénédiction de SE le président Macky Sall.

En outre, la société de services franco-américaine TechnipFMC et le fournisseur de technologies allemand SAP ont été intégrés pour se charger de supervision du  processus et les travaux de maintenance ultérieurs. À noter que l’installation dispose désormais d’une salle de commande numérique complète à partir de laquelle le traitement sera optimisé.

Bien que le Sénégal dispose d’environ un milliard de barils de réserves de pétrole brut, le pays fait toujours face à une dépendance toujours coûteuse des importations étrangères pour 64 % de son énergie. Les installations actuelles ne peuvent traiter que 10 000 tonnes de gaz butane contre le million de tonnes de la demande intérieure.

En outre, l’année prochaine, le champ très attendu de Sangomar de Woodside Energy sera mis en ligne, rejoint par bp et le projet Grand Tortue Ahmeyim de 4,8 milliards de dollars de Kosmos Energy.

Le pétrole et le gaz produits localement devraient connaitre un boom et le prochain objectif d’expansion de la SAR est une capacité ambitieuse de 2,5 millions de tonnes par an. De ce fait elle pourra répondre  à la demande intérieure du Sénégal de 1,6 million de tonnes tout en alimentant la croissance économique nationale jusqu’à 5 % et en établissant une présence sur les marchés régionaux de MSGBC.

L’installation cherche également l’acquisition d’un hydrocraqueur pour le traitement du pétrole brut avec une concentration plus élevée de soufre. L’objectif étant de  de se conformer aux normes mondiales. Avec cela, un traitement plus propre et plus vert est en route, et de plus, l’autosuffisance est plus ferme à l’horizon pour l’énergie sénégalaise.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!