L’importance du réseau ferroviaire dans la supply Chain
Par Ibrahima DIALLO
29 juin 2022 / 10:23

L’Edito du Magazine N°3

Les infrastructures et les transports représentent un élément essentiel pour le développement socioéconomique d’un pays. Les différents réseaux routiers, ferroviaires, maritimes, fluviaux ainsi qu’aériens permettent la circulation des personnes et des biens.

Ils assurent la mobilité des marchandises et se trouvent très souvent au coeur des échanges commerciaux. Ils rendent possible les déplacements des opérateurs économiques à la quête de produits importés ou destinés à l’exportation.

Ces réseaux de transport redynamisent la vie des ménages. Cette activité donne jour et vie à des marchés, des supermarchés, des entrepôts, des usines, des mines, des banques, des gares, des ports et des aéroports. Ces lieux, parfois, éloignés ont besoin de moyens de rapprochement que seul le train avec ses wagons destinés au transport de diverses marchandises, peut rendre possible.

C’est ainsi qu’un port maritime est forcément relié à l’extérieur, aux usines, aux régions et à son hinterland à travers un réseau ferroviaire venant désengorger les axes routiers. Les rames de wagons tractées vont sillonner, plus aisément et rapidement, le territoire avec moins de postes ou barrages de contrôle de la douane, de la gendarmerie et de la police.

Ceci veut dire que le contrôle au départ est bien effectué et que la manipulation n’est plus possible grâce à la sécurisation, à la technique de chargement porte contre porte empêchant les ouvertures, les cassures de plombs pour des vols.

L’importance du train, comme mode de transport, se découvre et s’apprécie lorsque les grandes usines disposent d’embranchements particuliers permettant son arrivée dans l’enceinte même des entreprises en vue d’y charger ou décharger des produits, des matériaux, des matières premières ou des conteneurs.

C’est le cas, par exemple, pour les mines de zircon de Diogo, les phosphates de Taïba, du soufre pour les Industries Chimiques du Sénégal. La réalisation des embranchements dans les plateformes de distribution des denrées aiderait les grandes surfaces, les supermarchés.

Ces structures pourraient créer leurs propres plateformes de stockage et de distribution comme le recommanderait la logistique, la supply Chain. De véritables hubs seront, alors, érigés sur de vastes superficies dans cette nouvelle zone industrielle aux alentours du futur port de Ndayane, de l’aéroport Blaise Diagne (AIBD) pour approvisionner le pays, ses frontières et ses voisins.

Avec le réseau ferroviaire, les soucis du Règlement 14 de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine) seront considérablement atténués pour ce qui concerne le contrôle du gabarit, du poids, et de la charge à l’essieu.

La route ne sera plus la seule à supporter le volume énorme des marchandises pour le marché local et celles en transit international destinées au Mali, un pays composant l’hinterland aux enjeux économiques énormes pour le Sénégal.

Le train accordera à la route une durée de vie plus longue grâce à la diversité du choix du mode de transport. L’absence du rail pousse à l’usage abusif de la route avec toutes ses conséquences sur les infrastructures.

Mali, un pays composant l’hinterland aux enjeux économiques énormes pour le Sénégal. Le train accordera à la route une durée de vie plus longue grâce à la diversité du choix du mode de transport.

L’absence du rail pousse à l’usage abusif de la route avec toutes ses conséquences sur les infrastructures. Un bon réseau ferroviaire relié au port principal, à ceux secondaires situés dans les régions ainsi qu’aux aéroports, avec des lignes placées non loin des routes et des fleuves où seraient développées l’agriculture, l’agrobusiness, garantirait un essor économique certain.

Les délais de livraison sont assurés sans rupture de charge, sans risque de vol. Le train, bien exploité, contribue à la compétitivité d’un port, à la création des richesses dans les gares et des emplois sans compter toutes ces gares ressuscitées, jalonnées de boutiques, de magasins de grossistes, des détaillants, des étalages de petits commerçants et des vendeurs ambulants.

Amadou DIA : Consultant en Opérations Portuaires & Transport-Logistique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!