La technologie au service de la traçabilité des marchandises
Par Ibrahima DIALLO
30 avril 2023 / 12:05

Une tribune de Mitrankur Majumdar, senior vice president and global head des activités services chez Infosys.

Le marché mondial du fret aérien est en pleine expansion. En 2021, le marché a connu sa plus forte progression par rapport à l’année précédente depuis 2010, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA). Par ailleurs, le marché passera de 270,3 milliards de dollars en 2021 à 390,7 milliards de dollars en 2027, selon le groupe IMARC.

Pendant la pandémie, la demande croissante de fret aérien a d’abord été stimulée par la nécessité de fournir des équipements de protection individuelle (EPI) et des médicaments. Par la suite, la forte croissance du e-commerce a fait augmenter les volumes.

La croissance du fret aérien va entraîner une hausse de la demande d’unités de chargement, «ULD » (il s’agit des palettes ou des conteneurs qui permettent d’acheminer les marchandises par avion à travers le monde). Selon l’institut de recherche Fortune Business Insights, les dépenses annuelles en ULD devraient atteindre 2,67 milliards de dollars d’ici à 2027, contre 1,98 milliard de dollars en 2020.

Le transport de charges lourdes

Selon l’IATA, il existe environ un million d’ULD. Chacun d’entre eux dispose d’un code d’identification différent, qui est associé à des informations telles que la compagnie aérienne, les notes de transport et le numéro de vol. Ces informations permettent de suivre chaque envoi.

Les opérations de vol étant aujourd’hui en grande partie digitalisées, l’acheminement des ULD peut être suivi via plusieurs centres de chargement, de déchargement et de transfert. Plusieurs compagnies aériennes utilisent des GPS pour suivre leurs ULD.

Cela permet de simplifier les opérations de fret aérien. Mais la digitalisation des ULD n’est que partielle. La plupart des transporteurs, des opérateurs de fret et des équipes au sol suspendent le suivi une fois que le fret est arrivé à son point de sortie.

Cela prive les expéditeurs d’informations qui pourraient contribuer à améliorer la fiabilité et la sécurité de la chaîne d’approvisionnement. De même, lorsque les ULD sont sur le tarmac, dans un entrepôt ou stockés ailleurs, ils peuvent être invisibles à moins d’être suivis manuellement.

Ces questions soulèvent des problèmes de sécurité. Comme le souligne l’IATA, « les ULD sont les seuls éléments du chargement d’un avion qui ne sont pas sous le contrôle de la compagnie aérienne et qui, reviennent après être passées entre de nombreuses mains non réglementées. Cela a un impact sur la sécurité des vols ».

Les opérations relatives aux ULD sont généralement confiées à des prestataires de services au sol, souligne l’IATA. Cette situation, associée à la demande “d’ULD conçus par le transporteur” de la part des expéditeurs et des transitaires, a rendu « extrêmement difficile pour les compagnies aériennes de contrôler et de superviser le respect des normes de sécurité dans les opérations impliquant des ULD ».

La digitalisation du fret

Il est donc impératif d’accélérer la digitalisation des ULD. Toutefois, cette accélération est entravée par les standards de type RFID, GSM ou GPS qui nécessitent une mise en place et une maintenance d’infrastructure assez coûteuses.

La RFID nécessite des scanners, et propose une portée souvent limitée, car les fréquences offrant une longue portée ne sont pas adaptées à un aéroport. Quant au GPS et au GSM, ils dépendent de batteries énergivores, ce qui signifie qu’ils ont toujours besoin d’être rechargés.

La connectivité et les coûts associés à la réparation et à la perte des ULD est également un enjeu crucial. Selon l’IATA, ces coûts s’élèvent à 400 millions de dollars par an. Par ailleurs, les limites dans la surveillance du réseau des ULD peuvent conduire à ce que des ULD vides soient stockés dans des entrepôts et restent inutilisés pendant de longues périodes. C’est un frein à une gestion des stocks efficace des compagnies aériennes qui fait grimper les coûts et entraîne parfois l’annulation de vols.

Pour y remédier, il est primordial de trouver des solutions technologiques viables, car elles seules peuvent fournir des informations en temps réel sur l’acheminement des ULD, où qu’ils soient dans le monde.

L’installation de capteurs sans fil sur les ULD est une option prometteuse. Les capteurs peuvent recueillir des informations qui améliorent le suivi tout en permettant aux compagnies aériennes de transmettre ces informations à leurs partenaires. À terme, cela peut également favoriser l’automatisation des processus de surestaries afin d’améliorer la rotation et l’utilisation des équipements.

L’automatisation des surestaries et les technologies de suivi ne peuvent être que bénéfiques à la gestion des expéditions de fret aérien. Elle permettra d’atténuer les pertes dans un contexte de pénurie du matériel d’expédition.

La digitalisation cruciale pour aider les transporteurs aériens à réduire les pertes, à faire correspondre la capacité et stocks, à réduire les coûts associés aux équipements égarés et à limiter le besoin de louer des ressources supplémentaires.

Les données tracées grâce à la connectivité peuvent également aller au-delà de la localisation et inclure des indicateurs tels que la température et l’humidité, qui sont souvent essentiels pour les biens thermosensibles.

Ce suivi permet de résoudre des problèmes d’expédition : retards et annulations de vols, erreurs d’acheminement, de chargement ou de perte de cargaisons. Il permet également de maximiser l’utilisation des ressources et de rationaliser les coûts.

La relation avec l’IA

L’intelligence artificielle (IA) ouvre de nouvelles possibilités en matière d’ULD. Elle peut être utilisée pour prédire les heures de départ des vols et pour améliorer l’optimisation des chargements et la programmation des opérations.

De même, les données stockées dans le cloud peuvent être utilisées pour assurer un suivi plus précis des ULD, ainsi que pour une meilleure gestion des stocks. Il est essentiel de savoir exactement où se trouvent les ULD en temps réel pour pouvoir les récupérer auprès de tiers.

L’objectif final est d’accroître la traçabilité des ULD tout au long de la chaîne d’approvisionnement du fret aérien. Cela permettra d’améliorer la sécurité et l’efficacité des expéditions ; de livrer plus rapidement et à moindre coût les marchandises, tout en réduisant les risques d’erreur.

Voxlog 

0 commentaires

Newsletter

Vidéos

Il n'y a pas d'événements à venir pour le moment.