Organisation maritime internationale : le Maroc réélu au Conseil
Par Ibrahima DIALLO
13 décembre 2021 / 13:24

Pour faire partie à nouveau du conseil de l’Organisation maritime internationale (OMI), le Maroc a obtenu 115 voix sur 160 ce vendredi 11 décembre. Une nouvelle qui a réjoui le ministère marocain du transport et de la logistique qui perçoit cette nouvelle comme un signe du « rôle important » du pays en matière de sécurité et de sûreté maritimes.

Cette élection confirme ses efforts réalisés en matière de commerce international et de transport maritime, toutefois

Le royaume reste en dehors des catégories qui le classent comme ayant le « plus grand intérêt » dans le transport maritime international et le commerce maritime.

Et permet de placer le Royaume parmi les États tels que les Bahamas, la Belgique, le Chili, Chypre, le Danemark, l’Égypte, l’Indonésie, la Jamaïque, le Kenya, la Malaisie, Malte, le Mexique, les Philippines, le Qatar, l’Arabie saoudite, Singapour, la Thaïlande, la Turquie et Vanuatu.

Tous ces pays sont classés dans classés dans la « catégorie C » c’est-à-dire ceux qui « ont des intérêts particuliers dans le transport ou la navigation maritime et dont l’élection au Conseil permettra d’assurer la représentation de toutes les grandes zones géographiques du monde ».

Si la place du Maroc au sein du Conseil constitue un atout et un signal fort de sa contribution au commerce maritime mondial, l’émergence du pays en tant que plaque tournante du commerce entre l’Europe, les États-Unis et l’Afrique pourrait indiquer que le statut du Maroc mérite d’être considéré comme un pays de catégorie B ou A dans un futur proche.

Les 10 États « ayant le plus grand intérêt à fournir des services de transport maritime international sont de la catégorie A», comprenant notamment des géants du commerce et du transport maritime à l’image de la Chine, du Royaume-Uni et les États-Unis. La Grèce, l’Italie, le Japon, la Norvège, le Panama, la Corée du Sud et la Russie constituent quant à eux des choix moins évidents.

Il faut préciser que dans l’état actuel de la situation, si le Maroc ne se hisse pas dans la catégorie « A », la catégorie « B » pourrait également être envisagée.

Cette dernière indique « 10 États ayant le plus grand intérêt dans le commerce maritime international », ce qui inclut les pays commerçants traditionnels tels que les Pays-Bas et l’Allemagne, mais aussi la Suède, les EAU, l’Australie et le Brésil.

Le pays pourrait bientôt voir son statut s’élever au sein de l’OMI si son statut dans le domaine de la fabrication et du commerce international se développe surtout avec l’émergence prévue du Dakhla en tant que Nouveau Centre de transit majeur pour le commerce international.

Si l’élection du Maroc dans la troisième catégorie est un motif de célébration, elle peut lui permettre de se classer bientôt parmi les vingt premiers pays du monde en matière de commerce maritime.

Si les ambitions actuelles du pays se concrétisent, le Maroc pourrait voir son statut s’élever encore davantage au sein de l’institution maritime mondiale surtout avec la nouvelle élection qui se profile en 2023.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!