Par Ibrahima DIALLO
17 février 2022 / 15:00

Durant le débat présidentiel, les 150.000 entreprises du commerce de gros, représentées par la Confédération du Commerce de Gros (CGI) et ses 32 fédérations adhérentes, ont effectué la présentation de leurs contributions.

Le président de la CGI, Philippe Barbier explique que « ces propositions permettront aux grossistes de développer davantage les mobilités durables et l’économie circulaire, de renforcer la sécurité et la traçabilité des produits, tout en favorisant la création d’emplois et la promotion interne ».

L’un des sujets phares, c’est la livraison urbaine. Si la création de hubs urbains est idéale pour l’e-commerce, les livraisons avec des 16 tonnes en est une autre histoire.

Il faut savoir que chaque grossiste livre généralement une quinzaine de clients en une même tournée. Et surtout que 80% de la clientèle professionnelle des grossistes sont implantés en centre-ville.

Les grossistes appellent donc à la mise en œuvre d’une logistique urbaine réaliste, avec plusieurs propositions, c’est-à-dire :

Sanctuariser d’ici à 2024 des aires urbaines de livraison et autoriser les opérateurs à accéder aux zones à faibles émissions (ZFE-M) des métropoles de plus de 150.000 habitants ; déployer des chartes de logistique urbaine durable via le programme InTerLUD pour renforcer des espaces de dialogue entre les pouvoirs publics et les acteurs économiques privés ; créer un observatoire national de la logistique (proposition du rapport Idrac/Jean/Bolzan) pour donner une hauteur de vue propice à un pilotage stratégique de l’activité ; favoriser une offre de véhicules propres et l’accompagner par des aides financières et fiscales, sachant qu’il n’existe pas une offre assez large sur le marché des camions électriques ou à hydrogène.

Trois autres dossiers

La simplification du cadre juridique et fiscal, notamment avec la suppression des impôts de production et la pérennisation des règles applicables aux grossistes en matière de négociations commerciales sont incluses dans les autres dossiers.

Ensuite sur la réponse en enjeux environnementaux, en laissant un temps suffisant aux entreprises pour opérer les transformations et investissements, en fixant des modalités pratiques adaptées aux distributeurs professionnels pour les REP (Responsabilité élargie du producteur) à venir et en accompagnant systématiquement les entreprises.

Enfin, il faut stabiliser la formation professionnelle, en effectuant un bilan de l’impact réel de la contribution unique à la formation professionnelle pour les entreprises, en rapprochant l’offre (école) de la demande (entreprise) via le développement de partenariats et en faisant initier les entreprises à  l’offre de formation.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!