La startup sénégalaise Chargel, spécialisée dans les technologies logistiques, obtient un financement d’amorçage de 2,5 millions de dollars
Par Ibrahima DIALLO
21 avril 2023 / 15:06

Après avoir vendu leur startup de technologie d’accueil, Teranga, en 2018, les frères sénégalais Moustapha et Alioune Ndoye se sont aventurés dans le secteur du camionnage alors qu’ils réfléchissaient à leur prochaine étape. Cependant, il leur est vite apparu que la gestion de flotte est un défi majeur, qui influence largement le niveau de profits à réaliser par les propriétaires de camions.

Une étude de marché leur a fait prendre conscience de l’ampleur des inefficacités dans le secteur du transport routier, qui limitent en particulier les revenus des propriétaires-exploitants. C’est ainsi qu’est née leur startup de technologie logistique, Chargel.

“Nous avons réalisé qu’il y avait tant d’inefficacités et que le secteur de la logistique au Sénégal était si fragmenté, mais nous avons pensé que la technologie pouvait nous aider. Nous avons donc décidé d’être des chauffeurs pendant quelques mois pour comprendre comment le secteur fonctionne, ses véritables défis et où se trouvent les opportunités, avant de construire quelque chose”, a déclaré Moustapha à TechCrunch.

Chargel, qui est sorti de la clandestinité l’année dernière, met en relation les expéditeurs et les transporteurs, en numérisant des processus qui étaient auparavant largement hors ligne. La startup prend rapidement son envol et compte aujourd’hui parmi ses premiers clients certaines des plus grandes compagnies maritimes du monde, Maersk et Grimaldi.

Dans sa prochaine phase de croissance, elle ouvre sa plateforme à davantage de clients, alors qu’elle avait limité l’accès à 10 entreprises. L’exploration de nouvelles voies de croissance est soutenue par un tour de table de 2,5 millions de dollars mené par Logos Ventures. Ventures Platform, Foundation Botnar, DFS Labs et Seedstars ont également participé à ce tour de table, qui comprend également une dette de 500 000 dollars. Le financement comprend également les 750 000 dollars annoncés l’année dernière.

“Cette année, nous ouvrons la plateforme à davantage d’expéditeurs au Sénégal. Nous envisageons également de nous étendre à un autre pays d’Afrique francophone”, a déclaré Moustapha, qui a brièvement travaillé en tant que chef de produit principal chargé des solutions commerciales chez la licorne sénégalaise Wave.

Les transporteurs Chargel, qui opèrent à partir du Sénégal, effectuent des livraisons dans les pays voisins, à savoir le Mali, la Guinée et la Mauritanie. Selon Moustapha, l’établissement d’opérations complètes dans un pays supplémentaire augmentera leur couverture régionale et résoudra de nombreux autres problèmes liés au fret routier.

“La demande ne se limite pas au Sénégal ; certains des clients avec lesquels nous travaillons, comme Maersk par exemple, desservent neuf pays à partir du bureau sénégalais. Bien sûr, ils veulent que nous soyons présents dans ces pays”, a-t-il déclaré.

Le fonctionnement de Chargel

Chargel ne se contente pas d’offrir une plateforme, il accélère l’ensemble du processus de transport. En effet, lorsqu’il reçoit des demandes en ligne de clients comme Maersk, il les met en relation avec les prestataires les plus appropriés (camion et chauffeur) de son réseau de transporteurs.

Les expéditeurs peuvent suivre leurs marchandises pendant le trajet et recevoir des notifications une fois la livraison effectuée. La plateforme regroupe également des transporteurs indépendants, ce qui leur offre de nouvelles possibilités de revenus.

“Nous sommes en fait ceux qui se trouvent au milieu, car les clients nous engagent et nous sommes responsables de la cargaison. Notre objectif est de veiller à ce que la marchandise aille du point A au point B à temps”, a-t-il déclaré.

“Nous nous assurons que les expéditeurs se concentrent sur leur activité, que les chauffeurs routiers se concentrent sur la conduite et que nous nous occupons de tout ce qui se passe entre les deux”, a déclaré M. Moustapha, ajoutant que la startup permet aux transporteurs d’accéder à d’autres services tels que l’assurance.

Selon Moustapha, Chargel a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 1,2 million de dollars en 2022, ajoutant qu’ils sont sur le point de dépasser ce chiffre depuis le début de l’année.

Chargel est la quatrième tentative d’entrepreneuriat des deux frères, qui sont rentrés au pays après avoir terminé leurs études aux États-Unis.

La demande de fret en Afrique devrait augmenter de 28 % d’ici la fin de la décennie en raison de l’essor du commerce intrarégional, stimulé par la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), la plus grande région du monde où les échanges ne sont pas limités. Le commerce en Afrique étant déjà tributaire du transport routier de marchandises, cette croissance devrait encore accroître la demande de services de camionnage.

Annie Njanja

0 commentaires

Newsletter

Vidéos

Il n'y a pas d'événements à venir pour le moment.