Transport maritime : la flambée des prix, une opportunité pour le Maroc ?
Par Ibrahima DIALLO
10 January 2024 / 13:09

Le coût du fret maritime atteint des niveaux records en ce début d’année 2024, les compagnies mondiales annonçant des tarifs exorbitants. Et pour cause, les attaques de navires marchands perpétrées par les Houthis du Yémen en mer Rouge, perturbant la logistique du commerce international. La hausse des prix pourrait orienter les industriels européens à une délocalisation au Maroc.

Les compagnies maritimes sont contraintes d’emprunter des routes alternatives pour assurer la sécurité de leurs navires, renonçant ainsi au canal de Suez au profit du Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud, rendant le voyage plus long et plus coûteux, explique L’Economiste dans son édition du lundi 8 janvier 2024.

Le groupe français CMA CGM a annoncé une révision de ses tarifs avec une augmentation de 100% pour le fret de conteneurs entre l’Asie et la Méditerranée à partir du 15 janvier.

Les coûts du transport d’un conteneur de 40 pieds entre l’Asie et la Méditerranée occidentale vont ainsi doubler, passant de 3 000 à 6 000 dollars. D’autres compagnies telles que MSC et Maersk ont également revu à la hausse leurs tarifs, imposant des frais supplémentaires importants sur diverses routes commerciales.

« Pour un conteneur de 20 pieds, il faudra payer 3.500 dollars (contre 2.000 dollars). Concernant les échanges entre l’Asie et la Méditerranée orientale, le fret d’un conteneur de 40 pieds, lui, coûtera 6.200 dollars contre 3.200 dollars appliqués jusqu’à présent.

Des frais supplémentaires pour saison de pointe (PSS) de 200 dollars par unité ont également été appliqués depuis le 1er janvier dernier aux conteneurs provenant de la Turquie vers le Maroc, la Tunisie, la Méditerranée orientale, le Levant et la mer Noire.

L’armateur italo-suisse, MSC (Mediterranean Shipping Company), a lui aussi revu à la hausse ses tarifs avec des frais supplémentaires de 1.000 à 2.000 dollars par conteneur pour les échanges entre la Méditerranée et la péninsule arabique, l’Afrique de l’Est ou le sous-continent indien », détaille le quotidien économique.

Et de signaler que Maersk, l’armateur danois, a décidé de dérouter sa flotte par le cap de Bonne-Espérance pour éviter la mer Rouge, imposant des frais supplémentaires sur le transport de conteneurs en provenance d’Asie vers l’Europe, la Méditerranée et l’Amérique du Nord.

Hapag-Lloyd, la compagnie allemande, a également introduit des suppléments de saison de pointe pour le transport des conteneurs en provenance de l’Asie vers l’Afrique du Nord-Ouest.

Cette hausse des prix du fret maritime, représentant 80% du commerce mondial, risque d’aggraver l’inflation à l’échelle mondiale. La crise dans la mer Rouge pourrait cependant se présenter comme une opportunité pour le Maroc, incitant les industriels européens à envisager la production au Maroc plutôt qu’en Asie, selon l’économiste Pierre Cariou.

 HASSAN MANYANI 

0 Comments

Newsletter

Videos

There are no upcoming events at this time.
en_USEN

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!