Sénégal : pour éviter une rupture des stocks, le groupement des pétroliers misent sur un appel d’offres en commun
Par Ibrahima DIALLO
21 avril 2022 / 09:02

Mohamed Chaabouni président du Groupement professionnel de l’industrie du pétrole au Sénégal (GPP) annonce que l’entité prévoit de faire un appel d’offres commun pour l’approvisionnement du pays en produits pétroliers en vue de se prémunir  d’une rupture des stocks.

Au terme d’une rencontre avec la ministre sénégalaise du Pétrole et des Énergies, Sophie Gladima, en présence de la directrice de la Société africaine de raffinage (SAR), le président du GPP a déclaré que le travail va continuer pour conforter les besoins et « éventuellement sortir un appel d’offres commun pour les besoins de l’État, du pays, sur les différents produits pour assurer cette période difficile».

Il faut souligner que cette rencontre a vu la participation du directeur général de PETROSEN Holding, société à participation publique majoritaire, ainsi que des responsables du ministère des Finances.

« Avec la crise ukrainienne, les molécules entrant dans la fabrication des différents produits pétroliers (essence, gasoil, pétrole brut, kérosène) sont devenues difficiles à trouver sur le marché international » selon Mohamed Chaabouni. Il explique : « nous allons continuer à travailler ensemble pour approvisionner dans ces produits très importants pour le Sénégal».

L’Aéroport international Blaise-Diagne de Dakar (AIBD) est en proie à une pénurie de kérosène en raison «d’une conjoncture internationale défavorable». Son opérateur a appelé lundi les compagnies aériennes qui y atterrissent à assurer elles-mêmes leur approvisionnement en carburant pour les vols de retour.

Dans une déclaration mardi , la ministre sénégalaise du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima, a reconnu des tensions dans l’approvisionnement en hydrocarbures en raison de la crise en Ukraine, mais assure que le pays «n’est pas en rupture de produits pétroliers même si elle reconnait que « la situation est très tendue ».

«Le système d’approvisionnement en kérosène est fortement perturbé» à cause «d’une conjoncture internationale défavorable» conjuguée à des «tensions inédites sur les prix de certaines matières premières», avait indiqué lundi soir dans un communiqué l’Aéroport international Blaise-Diagne de Dakar (AIBD) appelant les compagnies aériennes qui y atterrissent à assurer elles-mêmes leur approvisionnement en carburant pour les vols de retour.

« Les opérations d’avitaillement des aéronefs ne pourront plus se poursuivre à compter de mercredi 20 avril 2022 » à la mi-journée, «pour une durée provisoire de deux semaines» a indiqué la Société de manutention de carburants aviation (SMCady), détenue par plusieurs groupes pétroliers étrangers.

Face à cette situation, l’AIBD, dont l’État sénégalais a confié l’exploitation à deux sociétés turques, Limak et Summa, appelle les transporteurs aériens à «prendre les dispositions nécessaires (…) pour assurer l’autonomie en carburant des vols retours ».

Dans tous les cas, les prochains jours permettront sans doute de mesurer l’impact réel de cette « pénurie » liée au conflit en Ukraine qui affecte également le secteur du transport maritime et terrestre.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!