Nigeria : Crainte d’une congestion à cause des marchandises en souffrance dans les 3 principaux ports
Par Ibrahima DIALLO
24 septembre 2022 / 07:33

La pression sur la chaîne portuaire est exercée par éléments variés, dont les contraintes de gestion des marchandises en attente. Le phénomène qui s’observe dans la plupart des ports africains devient l’un des principaux paris pour les autorités en charge.

La congestion pourrait se stimuler dans les trois principaux ports du Nigeria, Apapa, Tin-Can Island et Onne, avec la hausse des volumes de marchandises non enlevées par les importateurs et passées sous le régime douanier de dépôt, selon les constats du média local Business Day.

Environ 6 000 conteneurs équivalents vingt pieds et 1 000 véhicules, ainsi que des marchandises présentant des avaries encombrent les terminaux à conteneur ou rouliers de ces ports depuis plusieurs mois a rapporté la source.

Ces marchandises auraient été abandonnées par leurs destinataires après accumulations des droits de surestaries ou détenues par les douanes (NCS) pour des motifs tels que la sous-déclaration, la fausse déclaration, la violation des droits d’importation et la contrebande.

La législation en matière d’importation fixe à 28 jours le délai d’enlèvement des marchandises, après quoi elles passent sous le giron de la douane qui est habilitée à les vendre aux enchères après un autre délai de 90 jours, si elles n’ont pas été réclamées.

Certaines de ces marchandises passeraient jusqu’à 4 000 jours dans les ports, occupant un espace important sur les terminaux tandis que la NCS peine à organiser les ventes.

L’Autorité portuaire nigériane (NPA), habilitée par la loi pour évacuer ces marchandises en souffrance vers des plateformes dédiées telles que le terminal à conteneur d’Ikorodu, peine aussi selon Business Day à assumer cette responsabilité, arguant des coûts élevés que nécessiterait leur transport.

Ce phénomène également récursif dans la plupart des ports africains, devient une variable assez déterminante dans la problématique de la congestion portuaire qui impacte le séjour à quai des navires et leurs comptes d’escales, lesquels sont facturés aux chargeurs en incluant les surtaxes de congestion.

Il se ressent aussi à travers l’allongement des délais de livraison pour les importateurs, qui ayant subi des coûts plus élevés, les répercutent sur les consommateurs finaux.

La Chambre de commerce et d’Industrie de Lagos (LCCI) avait indiqué dans un rapport publié en 2018, qu’au-delà des conséquences sur les ressources financières des importateurs et consommateurs, la congestion faisait perdre environ 19 milliards USD à l’économie nationale.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!