L’embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe augure de nouvelles pressions sur l’industrie du transport
Par Ibrahima DIALLO
18 novembre 2022 / 08:21

Alors que la récente baisse de pression sur la chaine d’approvisionnement mondiale de carburant permettait d’espérer un retour à la normale, la crise pétrolière issue du conflit russo-ukrainien prend une nouvelle tournure.

L’embargo annoncé fin mai dernier par l’Union européenne sur le pétrole russe et qui prendra effet dès décembre prochain devrait entrainer une augmentation du nombre de tonnes-mille (unité de mesure du volume transporté par distance nautique) pour les cargaisons de pétroliers, selon une nouvelle étude de Clarkson Research Services Ltd.

D’après ce consultant international du secteur maritime, la distance pour les expéditions devrait s’allonger pour les pétroliers dont le trafic sera désormais concentré en Asie et au Moyen-Orient. Une relocalisation du trafic devrait aussi accroitre les besoins en navires pétroliers.

Les résultats de l’étude indiquent notamment que la demande en pétroliers devrait atteindre l’année prochaine « des sommets jamais vus depuis trois décennies ».

« Cela pourrait facilement être 5 ou 6 fois la distance habituelle, et cela signifie que vous aurez besoin de beaucoup plus de navires pour transporter le même volume que vous avez importé précédemment », a déclaré Anders Redigh Karlsen, analyste chez Kepler Cheuvreux.

Dans ce contexte, l’extension des distances entre les sources d’approvisionnement et les pôles de consommation devrait également augmenter les besoins en camions-citernes. A ces différentes variables s’ajoute la décision de l’OPEP+ de réduire son offre pétrolière, ce qui implique une hausse prochaine des cours du baril selon les prévisions d’observateurs avertis de cette industrie.

Une flambée du taux de fret pourrait s’en ressortir, car face à la progression cumulée de ces facteurs (distances, besoins en flottes, limitation des barils produits), les transporteurs tant du secteur maritime que routier, devront trouver un moyen de rentabiliser leur activité.

En tant qu’acteur minoritaire dans la chaine mondiale de transport de produits pétroliers par voie maritime, l’Afrique pourrait ainsi subir une nouvelle hausse des prix de certains produits sur le marché.

Agence Ecofin

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!