LE DÉFICIT COMMERCIAL AUGMENTE DE 48,7% AU PREMIER SEMESTRE, LES PHOSPHATES ET L’AUTOMOBILE SAUVENT LA MISE
Par Ibrahima DIALLO
28 août 2022 / 11:45

Le déficit commercial du Maroc s’est établi à 150,5 milliards de dirhams au premier semestre de cette année 2022. Les exportations de phosphates et des secteurs automobile et aéronautique continuent cependant d’afficher de bonnes performances.

Au terme du premier semestre de 2022, la situation des échanges extérieurs fait ressortir une hausse du déficit commercial de 48,7%, pour s’établir à 150,5 milliards de dirhams.

Une évolution qui s’explique par une progression des importations (+44,2%) plus importante que celle des exportations (+41,2%), indique la dernière note de conjoncture de la direction des études et des prévisions financières (DEPF).

A fin juin 2022, les exportations de marchandises ont atteint 215,1 milliards de dirhams, en progression de 41,2%. Cette hausse a concerné la totalité des secteurs, plus particulièrement celles des phosphates et de ses dérivés, l’automobile, l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, ainsi que le textile et cuir.

Les ventes de phosphates et de ses dérivés ont poursuivi leur progression considérable de 84,3% à 57,5 milliards de dirhams, suite, exclusivement, à un effet prix. C’est ainsi que les exportations ont augmenté de 58,9% pour le phosphate brut et de 56,4% pour l’acide phosphorique. Pour les engrais naturels et chimiques, les exportations ont enregistré une augmentation de 100,2%, due à ce même effet prix, qui a plus que doublé, souligne la DEPF.

Toutefois, leurs quantités exportées sont en baisse de 14,8%. De ce fait, la part du secteur des phosphates et de ses dérivés dans l’ensemble des exportations s’est accrue, pour se situer à 26,7% contre 20,5% un an auparavant. Ce secteur conserve ainsi sa place de premier secteur exportateur du Maroc.

Les exportations automobiles et aéronautiques en hausse

Les ventes du secteur de l’automobile ont affiché, quant à eux, un accroissement de 30,1%, s’élevant à 52,8 milliards de dirhams, dépassant leurs niveaux enregistrés durant la même période entre 2018 et 2021.

Cette évolution a principalement résulté de l’accroissement des ventes de construction (+54,7%). Néanmoins, la part des ventes de ce secteur dans le total des exportations a reculé de 2,1 points (24,6% à fin juin 2022, contre 26,7% à fin juin 2021).

Dans le même ordre d’idées, les exportations du secteur de l’aéronautique sont en hausse de 62,5% à 10,9 milliards de dirhams, dépassant leurs niveaux enregistrés durant la même période entre 2018 et 2021. Cette évolution recouvre une hausse des exportations relatives à l’assemblage de 73,1% et de celles de l’EWIS de 43,2%. La part de ces ventes dans le total des exportations gagne 0,7 point (5,1% à fin juin 2022, contre 4,4% à fin juin 2021).

En parallèle, les exportations du secteur de l’agriculture et agro-alimentaire se sont renforcées de 24,8% pour ressortir à 46,3 milliards de dirhams. Cette évolution s’explique par la hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire (+30,8%) et de celles de l’agriculture, sylviculture et chasse (+19,1%).

De leur côté, les exportations de textile et cuir se sont accrues de 32,4% à 22,2 milliards de dirhams. Cette évolution est attribuable à la hausse des ventes des principaux segments de ce secteur en l’occurrence, les vêtements confectionnés (+36,3%), les articles de bonneterie (+27,4%) et les chaussures (+27,9%).

La facture énergétique continue de flamber 

A fin juin 2022, les importations de biens ont affiché un accroissement de 44,2%, s’élevant à 365,6 milliards de dirhams. Cette évolution fait suite à l’augmentation des achats de la totalité des groupes de produits, principalement les produits énergétiques, les demi-produits, les produits alimentaires et les produits bruts.

La facture énergétique s’est ainsi appréciée de 124,7% à 71,5 milliards de dirhams, représentant 19% des importations totales. Cette évolution est principalement attribuable à l’accroissement des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils (+124,8%), évolution due à la hausse des prix qui ont plus que doublé (9.614 dirhams la tonne à fin juin 2022, contre 4.719 dirhams la tonne un an auparavant).

De même, la facture alimentaire s’est appréciée de 43,4% à 46,1 milliards de dirhams, principalement en lien avec la hausse importante des achats d’orge (+830,8%) et, dans une moindre mesure, de ceux de blé (+55,1%).

Safae Hadri 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
Dossiers English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!