Lancement progressif du BRT à Dakar : Le ministre Malick Ndiaye appelle les usagers à développer état d’esprit de QHSE
Par Ibrahima DIALLO
15 mai 2024 / 16:55

Le Bus Rapid de Transit (BRT) a accueilli ses premiers passagers ce mardi 15 mai 2024 après son lancement officiel par le Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et Aériens, Malick Ndiaye au Centre d’exploitation et de maintenance (CEM) à Gadaye dans la banlieue de Dakar.  De quoi enthousiasmer les usagers de la capitale sénégalaise après une longue attente. Toutefois, le Ministre les appelle à mieux s’approprier le projet tout en développant un nouvel état d’esprit de Qualité, Hygiène, Sécurité environnement (QHSE).

Inauguré le 14 janvier 2024 par l’ancien président Macky Sall, le Bus Rapid de Transit (BRT) est officiellement lancé ce mardi 15 mai 2024 par Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et Aériens. Accompagné du Directeur Général du CETUD, Thierno Birahim AW, des partenaires techniques et financiers, des maires des de différentes communes de Dakar, le ministre Malick Ndiaye a pu faire le trajet à bord du BRT de Guédiawaye à la gare de Petersen, tout en procédant à une visite du corridor.

Un lancement dont il s’est réjoui avant de remercier les initiateurs, les partenaires de développements ainsi que les maîtres d’ouvrage dont le CETUD et AGEROUTE qui ont contribué à sa réalisation.

 « Le BRT est une réussite dans sa réalisation dans le montage financier de façon globale.  Le Sénégal s’est doté d’un mode de transport moderne et écologique, il y a la qualité de service avec la présence d’un nombre important de jeunes »

s’est réjoui le ministre Malick Ndiaye qui s’est dit surpris de noter qu’au-delà de l’objectif de 35% de recrutement féminin, le taux a fini par atteindre 40% avec notamment des chefs d’équipe composés de femmes. Ce qui est à saluer en espérant atteindre les 50% avec le recrutement des conductrices.

Insistant sur l’aspect sécuritaire, le nouveau patron du transport sénégalais estime que le volet formation est devenu une urgence. Il estime « qu’il est extrêmement important après avoir trouvé des moyens de transport de qualité, de trouver des conducteurs bien formés en plus du permis ».

Annonçant des mesures fortes incessamment, le ministre a soutenu « qu’il ne suffira plus d’avoir le permis seulement pour conduire un bus de transport ». Alors que cela a déjà été expérimenté dans le secteur privé avec une formation théorique et pratique aller au-delà de la visite médicale pour une meilleure prévention sera une des mesures essentielles.

« L’investissement humain dans la formation des conducteurs avec la mise en place des centres de contrôles techniques modernes dans des pôles de développement couplés à des centres de passage d’examen moderne pour s’assurer que celui qui recevra son permis à point l’aura bien mérité » a fait savoir Malick Ndiaye.

Il est vrai que Le projet BRT s’inscrit dans une vision  de projet urbain global à utilité public. Il constitue également une réelle opportunité de transformation qualitative de la physionomie de Dakar de remodeler les espaces publics aux standards internationaux, d’encourager les modes actifs et de restructurer le réseau des transports en commun dans son ensemble.

Mais, selon l’avis du ministre des infrastructures et des transports terrestres et aériens, « pour maintenir le cap avec des projets structurels tels que le BRT, il faudrait également créer des pôles de développement ».

« C’est bien de développer ces projets mais il faut aussi développer les territoires, les pôles de développement avec toutes les commodités et toutes les activités permettront à tout ce beau monde qui est dans la promiscuité à Dakar de retourner travailler chez eux et Dakar va respirer on sera dans des projets structurels tels que le BRT » a-t-il fait savoir.

Youssouf B H SANÉ

0 commentaires

Newsletter

Vidéos

Il n'y a pas d'événements à venir pour le moment.
fr_FRFR