Contrôle de la charge à l’essieu : un patrimoine de près de 3 000 milliards de FCFA à préserver évoqué par la Direction des Routes
Par Ibrahima DIALLO
9 septembre 2022 / 15:19

Le Ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, à travers la Direction des Routes, a tenu un atelier d’évaluations des activités menées dans le cadre du contrôle de la charge à l’essieu. Cette rencontre entre dans le cadre du Programme d’appui à la Gouvernance dans le Secteur des Transports Terrestres au Sénégal (PAGOTRANS), financé par l’Union Européenne

Cette activité est axée sur la mise en œuvre du Règlement N°14/2005/CM/UEMOA relatif au contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises (dénommé Règlement 14). « Il faut préserver ce patrimoine routier, important qui fait près de 3 000 milliards de FCFA » selon le directeur des routes.

Mamoudou Alassane Camara, Directeur des Routes au ministère des Infrastructures des Transports terrestres et du Désenclavement a déclaré que : « cet atelier vise à procéder à l’évaluation les activités qui ont été menées dans le cadre du programme d’activité de la gouvernance du secteur du transport concernant la question liée à la surcharge à l’Essieu.

C’est la route qui transporte plus de 90% des marchandises en destination des pays voisins. Donc, il faut préserver ce patrimoine routier, important. C’est le patrimoine le plus important de notre pays. Près de 3 000 milliards de FCFA.

Il ne faudrait pas qu’on arrive à dégrader de façon prématurée cette infrastructure-là, qui si elle n’existe pas, constitue un élément handicapant pour nos États ».

« Nous avons fait l’option de préserver le patrimoine routier en délestant. Il est dit tout à l’heure aussi, que le Sénégal est l’un des deux pays qui procède au délestage. C’est-à-dire s’il y a une surcharge, on ne laisse pas le camion continuer sur le réseau.

On le déleste en appliquant 50 % des amendes prévues par l’UEMOA. Ça, c’est pour permettre à l’ensemble des acteurs, compte tenu de la vieillesse du parc de procéder progressivement au renouvellement. Mais ça fait 10 ans que ça dur.

Il faut, à un moment qu’on s’arrête et qu’on prenne les bonnes décisions pour permettre à notre pays de respecter les dispositions du règlement 14 » a affirmé M. Camara dans le cadre de la mise en œuvre du Règlement 14 de l’UEMOA, au Sénégal.

Poursuivant ses propos, il ajoute que « la problématique de la surcharge à l’Essieu, et pris en charge par nos États à travers la commission de l’UEMOA, qui depuis 2005 a édicté le règlement 14.

Dans le cadre du PAGOTRANS, des activités de vulgarisation et de sensibilisation sur la mise en œuvre du Règlement 14 de l’UEMOA ont été déroulées en relation avec la Direction des Routes, Afrique Pesage Sénégal, l’Assistance Technique et le Comité national de suivi de la mise en œuvre du Règlement 14 ».

Toutefois quelques objectifs ont été soulignés, à savoir : « évaluer les activités menées dans le cadre du contrôle de la charge à l’essieu avec l’équipe de l’Assistance Technique du PAGOTRANS; informer sur l’état de mise en œuvre du R14 au niveau du Sénégal et dans l’UEMOA; formuler des recommandations visant la mise en œuvre du R14 UEMOA; formuler des recommandations pour l’application de nouvelles étapes de mise en œuvre du Règlement 14; présenter le nouvel agenda d’application du Règlement 14 de l’UEMOA ».

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
Dossiers English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!