Allemagne : des répercussions sur la logistique prévues à cause de la hausse du salaire minimum
Par Ibrahima DIALLO
26 mars 2022 / 21:12

Alors que le chancelier Social-démocrate allemand Olaf Scholz en avait fait une de ses principales promesses électorales, le salaire minimum allemand qui est actuellement de 9,82 euros de l’heure sera porté à 10,45 euros au 1er juillet et à 12 euros au 1er octobre.

En effet, c’était l’une des principales promesses électorales du chancelier Social-démocrate allemand Olaf Scholz. Le salaire minimum allemand-actuellement de 9,82 euros de l’heure– sera porté à 10,45 euros au 1er juillet et à 12 euros au 1er octobre.

Globalement, 6 millions de personnes vont tirer profit de cette hausse ainsi que les 2,6 millions de salariés du pays percevant moins de 12 euros de l’heure.

L’hôtellerie, la restauration mais également la logistique sont les secteurs les plus concernés. Dirk Engelhardt, le président de la fédération des transporteurs BGL confirme que « les conducteurs de camions, un marché confronté à une grave pénurie de routiers, ne sont pas vraiment concernés » et ajoute « qu’ils gagnent déjà plus de 12 euros de l’heure ».

Cette nouvelle hausse du salaire minimum est un défi pour la logistique et le secteur des livraisons. Le secteur est régulièrement accusé par les syndicats de pratiquer des salaires inférieurs au salaire minimum.

Les services de livraison DPD et Hermes sont notamment visés par le syndicat des services Verdi, qui les accuse de recourir à des sous-traitants polonais payés au paquet livré et sans cotisations sociales. Verdi dénonce que « seuls 120 des 11 000 coursiers de DPD sont des salariés directs de l’entreprise ».

Les mêmes accusations sont portées à l’encontre des centres de logistique, surtout ceux d’Amazon, qui sont régulièrement épinglés par les partenaires sociaux.

Pour ces secteurs, la pression sur les salaires, accentuée par la prévision d’un taux d’inflation proche de 6 % cette année, pourrait rendre les recrutements plus difficiles sans révision des salaires à la hausse.

Après des années de débats autour des « salaires immoraux » versés dans certaines branches telles que la restauration, où des salaires de 5 euros de l’heure étaient monnaie courante, le salaire minimum avait finalement été introduit en Allemagne en janvier 2015.

Face aux pressions de son partenaire de coalition et des syndicats, la chancelière Angela Merkel, longtemps réticente, avait dû céder.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Vidéos

There are no upcoming events at this time.
English EN Français FR

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de l'actualité de la Supply Chain en Afrique et dans le monde.

You have Successfully Subscribed!